top of page

Le carnet d'Agnès  p. 5

De fabuleuses syllabes

Si l'on inverse les voyelles gibardane ou encore gabirdane, la mélodie s'épuise trop vite hélas… Joli frappé syllabique ou dyslexie naissante, fi vous de choisir.

Bien sur, nous connaissons tous la gabardine, enfin un certain nombre parmi nous, ici dans cette pièce. Peut-être aussi parce que mon grand-père a sa vieille histoire de gabardine. Empruntée sans délicatesse par un envieux. Une gabardine qui lui avait co té quelques économies puisées dans la sueur de la pierre de Comblanchien. Dure la pierre... Dure l'Histoire.

Aujourd'hui, la gabardine n'a désormais plus sa place sur les cintres et l'on peut la ranger dans l'armoire de nos grands-mères qui sent la naphtaline. Quel dommage pour les couturières. Quelle tragédie pour le petit Robert qui n’est plus feuilleté fi l’école. Que de mots en voie de disparition…

Tentative, donc, de réhabilitation du mot. Jouons un peu avec les consonnes aussi ! Petite recréation sonore. Êtes vous prêt ?

Et l’on dîne sur une gabarre au creux de ce long fleuve tranquille qu’est la Dordogne.

Vous voyez le truc ?

Ou bien encore, si notre cortex est joueur ...

L’on cueille la bardane qui gît au creux de la garrigue. Alors, votre cortex s’amuse ?

Ou bien l’on pourrait se retrouver sur un plateau de cinéma au creux d’une sombre bagarre façon James Dean…

Lfi ça envoie du lourd, non?

Enfin l’on pourrait sur un quai de gare enfiler l’objet gabardine et balancer une réplique du genre : T’as de beaux yeux, tu sais...

Has been ? Non, stylé dirait cette génération qui a presque oublié l’existence des bouquins.

La gabardine a définitivement acquis, fi mes yeux, un fabuleux destin lexical qui devrait fi mon sens être enseigné fi l’école primaire. Non ?

Image8.jpg
bottom of page