Karine Abela

Formée comme comédienne au Conservatoire régional de Dijon, elle intègre la compagnie SDFC dirigée par J. Anderson, et joue les textes de P. Kermann (La mastication des morts, Les tristes champs d’asphodèles…). Puis elle rejoint l’école Le Samovar à Bagnolet, pour approfondir, entre autres, l’art du clown et du bouffon. En 2002, elle fonde la compagnie Avalcarne, mêlant travail du clown, cirque et théâtre de rue, et met en scène notamment Portraits crachés dans l’espace public. Elle crée le festival Du Show en Hiver aux Arènes de Nanterre, qu’elle co-dirige pendant 6 ans, en collaboration avec M. Nowak. En 2005, elle rejoint la compagnie 26000 couverts et joue dans Beaucoup de bruit pour rien, sous la direction de P. Nicolle. Elle participe notamment à des événements phares de la compagnie, tels que Perturbations, Le Jour Le Plus Bon, Carte blanche aux 26000… Elle met sa voix au service du doublage (films et séries), et travaille au sein de Radio France pour des fictions radiophoniques. Elle nourrit régulièrement son jeu auprès de metteurs en scène tels que Cyril Jaubert (Opéra Pagaï), Stéphane Filloque (Carnage Productions), Fadhel Jaïbi, Jean-Christophe Meurisse (Les Chiens de Navarre), Mathieu Bertholet, Sarah Capony, Aurélie Ruby (Cie du Pas Suivant)…

Depuis 2020, elle interprète Des Contes finement, mis en scène par C. Duchange / Compagnie L’Artifice, pour le jeune public. Elle intègre la compagnie Idem Collectif en 2021, et collabore avec Aline Reviriaud sur les actions pédagogiques de la compagnie. En mars 2022, elles créent ensemble Elles étaient une fois, kit de survie féministe, qui se joue en collèges et lycées.

Elle enseigne le théâtre et l’éloquence en collèges et lycées, collaborant aussi avec La Minoterie et le Conservatoire de Dijon. Sensible aux questions de transmission, elle intervient également pour des ateliers et stages à destination des adultes au Conservatoire et au sein de l’école Le Beau Volume à Dijon.

Après plusieurs années de collaboration en collège avec Laurence Gourdon dans le cadre des classes HAT, elle entame une série de projets liés à l’écriture avec le fil.